Pourquoi on tousse?

0
562
Pourquoi on tousse?

La toux est un mécanisme qu’il faut savoir décrypter pour mieux la soigner. Quelles solutions au cas par cas? Et comment agissent les différents médicaments contre la toux?

«Je crois que j’ai attrapé froid!» Eh oui, dès que le thermomètre commence à chuter, un simple coup de froid et voilà que vous n’en finissez plus de tousser! En règle générale, pas d’inquiétude à avoir, puisqu’en hiver, les toux sont plutôt fréquentes et sans gravité. D’ailleurs, la toux est l’un des principaux motifs de consultation et représente même 30% des visites chez le pneumologue! Car on peut tousser pour plusieurs raisons et il n’est donc pas toujours aisé de connaître le traitement le mieux approprié à sa toux?

C’est quoi la toux?

Incessante, désagréable, parfois bruyante et incommodante pour soi-même mais aussi pour son entourage, la toux n’est pas une maladie mais un symptôme banal. En fait, c’est un acte volontaire ou réflexe de protection dont le but est de faire remonter et d’expulser les sécrétions – et notamment le mucus – ou tout corps étranger qui encombrent les voies respiratoires et nous aider ainsi à mieux respirer. Généralement, la toux résulte d’une irritation de la gorge, de la trachée, des bronches et parfois même des oreilles, provoquée par une infection respiratoire (grippe, rhume, bronchite, rhino-pharyngite, sinusite, pneumonie…) ou encore une allergie. En cas d’infection virale, elle peut donc s’accompagner d’autres signes comme de la fièvre, des douleurs musculaires, un mal à la gorge, de la fatigue …, qu’il convient de ne jamais prendre à la légère!

Dis pourquoi tu tousses?

Une toux peut aussi être provoquée par un tabagisme actif ou passif, de l’asthme, la prise de certains médicaments (et en particulier contre l’hypertension artérielle), un reflux gastrique (ou RGO). la pollution atmosphérique, des substances irritantes, une cause psychosomatique (toux nerveuse) ou certaines pathologies plus rares mais plus graves (embolie pulmonaire, problème cardiaque, cancer broncho-pulmomaire, tuberculose…). Parmi toutes ces différentes toux, on a donc coutume de distinguer deux grandes catégories. D’une part, les toux sèches sans expectoration, c’est à dire sans glaires et d’autre part, les toux grasses avec expectoration (production de glaires). Les toux diffèrent aussi par leur durée (aiguë ou chronique) : une toux ne doit pas persister plus de 3 semaines. Au-delà, elle est considérée comme pathologique puisque chronique et nécessite dans tous les cas une consultation car elle peut cacher une maladie plus sévère.

Alors que faire en cas de toux sèche?

Désignée souvent par toux d’irritation, la toux sèche est une toux non productive. En d’autres termes, comme il n’y a pas de mucus, il n’y a pas d’expectoration. Elle peut fortement altérer la qualité de vie, notamment lorsque les quintes surviennent la nuit causant des insomnies et donc beaucoup de fatigue.
De plus, le fait de tousser sans arrêt irrite les voies respiratoires, ce qui peut aggraver la toux. Un vrai cercle vicieux! Sur les conseils du médecin ou du pharmacien, on peut donc soulager ce type de toux avec des antitussifs qui se présentent sous forme de sirop, comprimés ou pâte à mâcher. Il en existe de plusieurs sortes (opiacé ou non, antihistaminique ou pas…) et ont la particularité d’agir sur le cerveau en supprimant le réflexe de la toux.

Bien respecter les recommandations

En vente libre, ces médicaments sont toutefois sujets à controverse. Beaucoup sont jugés inefficaces voire même dangereux. Quoiqu’il en soit, il est avéré que ce type de traitement ne doit pas excéder 3 à 5 jours, qu’il ne doit en aucun cas être associé à un expectorant ou même à un autre traitement médicamenteux. La posologie doit être respectée à la lettre. La consommation d’alcool est aussi à proscrire. Enfin, contre indiqué en cas de toux grasse, et sachant qu’une toux sèche peut devenir grasse au bout de quelques jours, comme dans le cas par exemple de la bronchite, (ou même grasse le matin et sèche le soir et inversement) il convient vraiment d’être vigilant et de bien lire la composition et les recommandations du produit.

Alors que faire en cas de toux grasse?

A l’opposé de la toux sèche, la toux grasse est productive et utile puisqu’elle permet l’évacuation des sécrétions (glaires, mucosités, crachats, mucus…). Elle ne doit donc jamais être contrariée. Au contraire, il est préférable de la favoriser avec des fluidifiants bronchiques, appelés aussi mucolytiques qui vont liquéfier toutes les impuretés et faciliter ainsi leur expulsion.
Sous forme de poudre à délayer, de sirops ou comprimés, ce type de médicament ne doit pas être pris après 18 heures le soir. La prise pouvant en effet augmenter le réflexe de toux. Et ne pas dépasser 8 jours de traitement. Enfin, sachez également que des recommandations de l’ANSM de 2011 stipulent que les expectorants et les antitussifs sont contre indiqués chez les enfants de moins de 2 ans. Ce qui n’est pas le cas, en revanche de l’homéopathie ou de la phytothérapie!

Les remèdes homéopathiques

Mais pourquoi recourir à l’homéopathie? Déjà parce qu’il existe de nombreux médicaments homéopathiques adaptés à tout type de toux, qu’ils sont efficaces, naturels, qu’ils ne présentent aucune contre indication et que de ce fait, ils conviennent à tous, y compris les enfants de moins de 30 mois et les femmes enceintes ou allaitantes. Ainsi, si vous souffrez d’une toux sèche et d’une voix rauque, Spongia Tosta est le traitement tout indiqué pour lubrifier les muqueuses sèches. Drosera convient pour les toux spasmodiques tandis que l’Ipeca convient aux toux grasses avec production de mucus. Enfin, pour enrayer les crises d’ asthune, Kalium carbonicum s’avère une aide précieuse. Bref, votre homéopathe dispose d’une large palette pour vous prescrire le remède le mieux approprié à votre type de toux en fonction de plusieurs critères : les moments de survenue de la toux, les caractéristiques de la respiration, les douleurs associées et les éléments qui soulagent ou au contraire aggravent la toux!

Trucs de grand-mère

Trucs de grand-mère toux

Mais pour diminuer la toux et apaiser une gorge irritée, rien de plus efficace finalement, que la fameuse boisson chaude citronnée sucrée au miel : la boisson chaude a en effet la particularité de fluidifier le mucus, le miel a un effet adoucissant et en recouvrant votre gorge, il supprime la toux. Tandis les flavonoïdes du jus de citron (composantes antioxydantes) réduisent les irritations. Très en vogue, l’infusion à base de thym est également un remède de choix : parmi ses nombreuses propriétés, le thym a des vertus antalgiques, antiseptiques et il facilite l’expectoration.
À consommer sans modération en hiver puisqu’il est parfait pour booster notre métabolisme!

Pourquoi on tousse?
Évaluez cet article
PARTAGER SUR
Asma Belkadi
Asma est une jeune blogueuse qui fait de plus en plus ses preuves dans le monde des influenceuses sur le Web. Passionnée depuis son enfance par la lecture et la rédaction. Elle possède maintenant Mojotic qui reflète ce qu'elle aime faire sur le Web.