L’alchémille : une plante qui nous veut du bien

0
253
L'alchémille : une plante qui nous veut du bien

Syndrome prémenstruel, règles douloureuses …L’alchémille contribue à soulager de nombreux troubles. Portrait d’une plante qui a sa place dans la pharmacie familiale.

Au Moyen Age, les alchimistes recueillaient la rosée qui s’était déposée sur les feuilles duveteuses de l’alchémille pour y plonger du plomb et ainsi le transformer en or. Du moins essayer! Quant aux femmes, elles utilisaient cette plante vivace de la famille des rosacées pour retrouver leur virginité, ou combattre la stérilité. Celle que l’on surnomme toujours « manteau de Notre-Dame », ou encore « pied-de-lion », ne possède malheureusement pas tous ces pouvoirs. Mais elle a bien d’autres atouts qui méritent notre intérêt.

ELLE SOULAGE LES RÈGLES

L’alchémille fait partie des plantes dites « hormone-like ». Autrement dit, elle apaise les symptômes du syndrome prémenstruel, souvent caractérisé par des seins douloureux, de la rétention d’eau et des douleurs abdominales. Ceci sans engendrer les effets secondaires des traitements hormonaux classiques.
Ses propriétés progestatives permettent aussi de réguler les cycles menstruels et de rendre les règles moins longues, moins abondantes et moins douloureuses. C’est donc un remède particulièrement intéressant au moment de la puberté et de la préménopause, quand les fluctuations hormonales sont importantes.
Dans tous les cas, que vous soyez gênée avant et/ou pendant vos règles, l’essentiel est de prendre de l’alchémille durant les dix jours qui précèdent cette période. Vous pouvez la consommer sous forme de tisane (une cuillerée à café de plante sèche par bol d’eau chaude, trois fois par jour), ou de teinture-mère (entre 20 et 50 gouttes par jour diluées dans un verre d’eau).

ELLE DIMINUE LES PERTES

Tout à fait banales quand elles sont incolores et inodores, les pertes n’en restent pas moins gênantes. Là encore, l’alchémille peut vous aider. Pour les limiter, prenez quotidiennement entre 20 et 50 gouttes de teinture-mère d’alchémille diluées dans un verre d’eau pendant une période de dix jours. Les tanins de la plante ont en effet des propriétés astringentes qui agissent de manière très efficace.

ELLE STOPPE LES DIARRHÉES

En désinfectant et en asséchant les muqueuses de la paroi intestinale, l’alchémille contribue également à faire rapidement cesser une diarrhée légère. Pour compenser les pertes en eau et limiter la déshydratation, on conseille de la consommer sous forme d’infusion, à raison de deux cuillerées à café d’alchémille sèche par tasse d’eau bouillante. Il suffit ensuite de renouveler la prise toutes les trois heures jusqu’à amélioration du transit, en général dans l’espace d’une journée.

ELLE COMBAT LA GINGIVITE

Les propriétés assainissantes et réparatrices de l’alchémille sur les muqueuses sont par ailleurs très utiles pour apaiser les inflammations de la bouche, du type aphtes ou gingivite. Il suffit pour cela de faire infuser deux cuillerées à soupe de feuilles dans un bol d’eau chaude, de laisser refroidir et d’utiliser ensuite cette préparation trois fois par jour en bain de bouche, jusqu’à la disparition totale des symptômes.

EN PLUS, ON LA CULTIVE DANS SON JARDIN

Comme la plupart des plantes médicinales, l’alchémille est disponible sous plusieurs formes dans le commerce : feuilles sèches chez l’herboriste, teinture-mère chez le pharmacien. Mais elle présente l’avantage de s’épanouir très facilement dans n’importe quel jardin, à condition que le sol soit frais et légèrement ombragé. Après avoir récolté les feuilles à la floraison, de mai à septembre, il ne vous restera qu’à les faire sécher en bouquet dans une pièce bien aérée pour les consommer en infusion. Autant dire qu’il serait dommage de s’en priver!


QUELQUES PRÉCAUTIONS S’IMPOSENT

  • Parce qu’elle a une action progestative, l’alchémille ne doit pas être utilisée par les femmes enceintes ou allaitantes. Ni, bien sûr, par celles qui prennent un contraceptif oral.
  • Elle est aussi contre-indiquée chez les patients à risque de thrombose ou de phlébite, ainsi que chez les personnes souffrant de constipation chronique, ou suivant un traitement par anti-vitamines K.
  • Faites également attention si vous êtes victime de nausées après en avoir consommé ces symptômes peuvent survenir à la suite d’un surdosage, ce qui nécessite de revoir le traitement.
Évaluez cet article
PARTAGER SUR
Asma Belkadi
Asma est une jeune blogueuse qui fait de plus en plus ses preuves dans le monde des influenceuses sur le Web. Passionnée depuis son enfance par la lecture et la rédaction. Elle possède maintenant Mojotic qui reflète ce qu'elle aime faire sur le Web.